Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

Articles récents

Objectif 2009

10 Août 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #Courses 2009




La décision fut plutôt longue à prendre mais je crois que ça y est, j'ai tranché sur mes objectifs course de 2009.
J'hésitais avec le Trophée Grande Odyssée ou La Grande Odyssée en janvier dans les Alpes Françaises, la Finmarkslopet début mars au Nord de la Norvège, la Vindelfjallslopet début mars en Suède et l'Amundsen Race fin mars en Suède et Norvège.
Janvier dernier, déçu par certains aspects du Trophée Grande Odyssée, j'avais décidé de ne pas m'y réinscrire. Et puis, des fidèles supporters, devenus des amis et des compagnons de voyage en Suède m'ont fait hésiter. C'est vrai que cette course est pour moi l'occasion de retrouver Sylvie et Bryan, Jean Luc et Andrée, et de passer de bons moments ensemble. J'étais donc revenu sur cette décision aussi pour leur donner l'opportunité de revoir les chiens, car je les sais très attachés à eux.
Finalement (je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps), je n'irai sur aucune de ces deux courses (TGO et GO) et opte pour l'Amundsen Race, et peut-être si les dates collent, la Vindelfjallslopet.
Pourquoi celles-ci et pas les autres ?
Je ne retiens pas la Grande Odyssée parce que de trop longue durée. Positionnée sur ma saison hivernale dans les Pyrénées, ce serait un trop grand manque à gagner et un investissement financier conséquent. Et oui, le pouvoir d'achat est peut-être un mot qui vous évoque quelque chose de douloureux ces derniers temps !!! Un autre aspect pour la GO : selon la qualité de l'enneigement et le relief, certaines étapes occasionnent des blessures aux poignets et coussinets. Les chiens travaillant 6 jours sur 7 de décembre à fin avril, je ne peux pas me permettre de tels blessures.
Pas de Trophée parce que déçu l'an passé. Je crains ne pas être sur la même longueur d'onde, optique. Dommage ! Pour autant, la Grande Odyssée et le trophée sont deux magnifiques courses de grande qualité.
Mon choix se fixe donc sur les courses scandinaves et en dit long sur mon positionnement au fil du temps. Ce n'est pas un hasard. D'une part parce que je me sens réellement plus à ma place dans ces territoires, vastes et sauvages, déserts et calmes. Au fil des années passées en Suède, je m'y sens dans mon élément. D'autre part, parce que ce style de course correspond mieux à mon caractère et à ce que mes chiens savent faire. En effet, les courses scandinaves sont plutôt orientées vers l'endurance, la gestion et l'optimisation de son équipage et de soi-même dans le temps et dans l'espace, avec une analyse du terrain et des ressources de chacun. Le fait d'être confronté aux éléments avant tout et de devoir gérer pour arriver à bon port est pour moi le vrai challenge, un défi personnel, une aventure de plus avec mes chiens. Je ne suis pas, à vrai dire, vraiment public, foule et média et la compétition effrénée entre concurrents ne me stimule mais ne me porte pas.
La période à laquelle est programmée l'Amundsen Race va me permettre d' «entraîner » les chiens 3 semaines avant en Suède. C'est important que ceux-ci aient le temps de s'immerger dans l'ambiance de Grand Nord scandinave avant de partir pour une telle aventure. De plus, cette course faisant 400 kms, ce sera un premier pas avant la Finmarkslopet qui en fait 500 et 1000. Je vais donc tester les chiens, voir leur comportement et peaufiner l'organisation et la logistique.
Bien que je ne connaisse pas le secteur (500 kms plus bas que la Vindelfjallen), je vais vraisemblablement y retrouver des connaissances puisque Bodil Bakken (23 ème) et le mari de nicole Burger (stephan Falter 8 ème) ainsi que l'italien Henry Coronica (30 ème) y participaient l'an passé ; de même que la juge de course de la Vindelfjallslopet et Nadia dans l'organisation.
Bien évidemment, il est plus compliqué de faire une place là-bas, l'objectif étant avant tout de finir.
Pour ce qui est de la Vindelfjallslopet, c'est en suspens, plus pour une question de planning que de volonté. Je suis affectivement très attaché à cette course. C'est mon deuxième chez moi et y retrouve des gens qui sont devenus des amis. Les organisateurs sont super et la mentalité exceptionnelle. Bref, je verrais en fonction de la date de départ pour la Suède et des séjours.
Voilà, je pense avoir fait le tour des raisons de ces choix et ne plus revenir sur ces décisions, l'heure étant plutôt à la préparation de la reprise des entraînements. Plus qu'1 mois ½ de repos et c'est reparti !
Dans un prochain article, je vous présenterai l'Amundsen Race (le temps de traduire en français !!!).



Lire la suite

Vacances en Norvège

14 Juillet 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #autres activités

Quand nous partons en vacances en famille, le premier souci est de trouver quelqu'un pour garder les 28 chiens. Pour ça c'est ma mère et mon père qui s'en chargent et en même temps ils bricolent dans le chenil. Comme les Alaskans-huskies sont très obéissants par rapport à des huskies-sibériens c'est très facile pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude de soigner 28 chiens.

Ensuite il faut choisir une destination, et là vous avez deviné qu'on va pas rotir sur le sable plein de mégots ni se baigner dans l'eau sale des côtes espagnoles.
Cette année on a choisi la Norvège et ses Fjords.

Donc le 24 juin en route pour Stockholm où on loue une voiture pour 14 jours et nous voilà partis pour le Parc National de Dovrefjell à la rencontre des boeufs musqués; on a vraiment l'impression de rencontrer des animaux tout juste sortis de la préhistoire.

On passe voir le chenil de Bodil BAKKEN pour réserver des chiots, puis on découvre les premiers Fjords à partir de Trondheim jusqu'au glacier de Svartisen qui arrive 20m au dessus du niveau de la mer; Pierre pêche son premier omble dans le lac polaire.

Ensuite direction Saltstraumen le plus grand flux de marée du monde. Toutes les 6 heures c'est 400 millions de m3 d'eau de mer qui passe à une vitesse de 20 noeuds à travers un goulet de 150 m de large formant des tourbillons géants. Vraiment très impressionant. 
C'est la première pêche miraculeuse avec surtout des lieux noirs.

le 30 juin nous prenons le ferry vers les îles Lofoten et on arrive le soir à Laukvik pour admirer le soleil de minuit et oui on est au dessus du cercle polaire et le soleil ne se couche pas.
  
Nous allons parcourir les îles Lofoten avec ses montagnes abruptes couvertes de neige qui se jettent dans la mer, les villages de pêcheurs, la pêche miraculeuse, les lacs de montagne, les plages de sable fin, les eaux turquoises, c'est beautifull...
 
Nous finissons notre séjour en Norvège en faisant une balade au pied du Stetind 1392m, le mont national de Norvège "l'enclume de dieu". C'est le paradis des grimpeurs, on reviendra ici avec le matos d'escalade, c'est certain.

Comme tout à une fin, il est temps de rentrer en passant par la Suède. On a fait une halte à Laisval-by chez Lisa et Pablo avec une partie de pêche en barque suivie d'une soirée grillade puis un petit coucou à Dominique et c'est le grand retour dans nos montagnes pyrénées.
Lire la suite

Remède miracle pour Maverick

24 Juin 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #alaskan-team

L'été dernier, j'ai tenté un traitement homéopathique sur maverick (à droite sur la photo) suite à une boiterie au niveau de la hanche.Mon véto me diagnostique un début d'arthrose, et mon ostéopathe également.

J'ai commencé par un traitement avec Art phyton :  complément contribuant à l'équilibre ostéo-articulaire et soulageant les vieux chiens. 
Résultat: pas d'amélioration apparente

Ensuite, sur les conseils de Florence, une amie belge que j'ai rencontré lors d'un séjour en Suède, j'ai commandé un traitement qui n'est pas homologué en france.
J'ai utilisé avant et pendant la saison de travail:
Zeel: pour l'arthrose légère du genou 
Traumeel: anti inflamatoire non stéroidien
Arthrobase: assure le bon fonctionnement de l'articulation

Résultat : Miracle ! Plus aucune boiterie alors que Maverick a parcouru plus de 4000 kms en traîneau

  Protocole pour l'arthrite et l'arthrose
Semaines 1 et 2
• Comprimés Traumeel : 1 comprimé, 3-5 fois par jour
• Comprimés Zeel : 1 comprimé, 3-5 fois par jour
• Pommade Traumeel : 2-5 fois par jour, localement
• Arthrobase (selon la gradation) :
2 capsules, 2 fois par jour, avant les repas
Semaines 3-4-5
• Pommade Zeel : 3-5 fois par jour, localement
• Comprimés Zeel : 1 comprimé, 3-5 fois par jour
• Arthrobase (selon la gradation):
2 capsules, 2 fois par jour, avant les repas 
Lire la suite

Cani-Rando

24 Juin 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #alaskan-team

Cela fait maintenant deux ans que j'envisage de développer une activité estivale avec les chiens. Voilà chose qui est faite. Une fois par semaine, le vendredi, je vais proposer une journée « cani-rando ». Pour les habitués, ce terme n'a pas de secret. Pour les autres, quesa quo ?

C'est avant tout une manière insolite de découvrir un milieu naturel en compagnie des chiens.
Cette activité sportive consiste à se laisser tirer par un chien de traîneau, tout en le guidant par la voix et des gestes précis. Muni d'un harnais, celui-ci est relié à l'homme par une longe accrochée à une large ceinture. Aidé par la puissance de traction de l'animal, on peut ainsi parcourir de plus longues distances sans fatigue, tout en profitant des plaisirs de la nature et du rapport affectif entre le chien et l'homme.

Pratiqué principalement en milieu ombragé et ce pour des raisons de températures (le chien risquant un coup de chaleur sur un effort), je ferais à nouveau découvrir la foret de La Couéou mais cette fois-ci en période estivale. Le pique nique à la cabane de Prat sera l'occasion de parler du pastoralisme en Vallée d'Aure en retraçant les traditions liées à cette activité, l'élevage, les transhumances, sa contribution sur la préservation de l'environnement et le biotope, sans oublier les dégustation de produits locaux. Berger d'un troupeau de brebis, musher et accompagnateur montagne, cette activité est pour moi l'occasion de faire partager au mieux ces 3 univers qui sont mon quotidien.

Pour plus d'info (fiche technique), rendez-vous sur le site Internet



La Cani-Rando avec Pique-nique Montagnard


Besoin de sortir des sentiers battus!
Envie de découvrir une nouvelle approche de la montagne!
La cani-rando: une manière insolite de découvrir un milieu où plus que jamais, le chien est notre ami le plus fidèle.
La cani-rando consiste à se laisser tirer par un chien de traîneau, tout en le guidant par la voix et des gestes précis. Muni d'un harnais, le chien est relié à l'homme par une longe accrochée à une large ceinture.
Aidé par la puissance de traction de l'animal on peut ainsi parcourir de plus longues distances sans fatigue, tout en profitant des plaisirs de la nature et du rapport affectif qui naît entre le chien et l'homme.

L'itinéraire est situé dans la forêt de La couéou entre St-lary et Piau-Engaly.
Nous pique-niquerons autour de la cabane de Prat et je vous ferai déguster des produits locaux.

Déroulement de la séance :
1/ Présentation des chiens de traîneau, du team de course pour la longue distance, de nos expéditions en Laponie.
2/ Présentation du matériel pour l'activité, comment guider son chien dans les montées, dans les descentes, apprendre l'aboyen "le language des chiens", travailler l'obéissance (stop, assis, pas bouger, galop, directions). Les enfants de -12 ans seront 2 par chien.
3/ montée vers la cabane de prat et pique-nique. Explications sur la vie des bergers en vallée d'Aure.
4/ Après l'effort : soins aux chiens, hydratation, état des pattes, massage canin, brossage, caresses.


Tarif : Petite-journée (mini 6 pers) Adultes : 32 € - enfants (8-12 ans ) : 25 €
Lieux: Vallée d'Aure (65) Forêt de "la couéou"
Groupe: 6 à 12 pers par musher.
Niveau: Rando d'environ 10 km et 500m de dénivelé, enfants à partir de 8 ans.
Le matériel technique est fourni (ceintures, laisses avec amortisseur, harnais pour les chiens).
Toutes nos activités sont encadrées par un musher diplômé

Contact : François PAGNOUX : 06 07 67 03 82
E-Mail

 

Lire la suite

Grand Tétras 2008: Alerte rouge

2 Juin 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #autres activités

Comme tous les ans durant tout le mois de mai, je pars en montagne la nuit pour observer et comptabiliser les Grands tétras sur leurs lieux de parade, au lever du jour.
Cette année est spéciale puisque cela fait 20 ans que je fais un suivi de ce superbe oiseau.
Pour cet anniversaire, j'ai fait un effort supplémentaire au niveau de la prospection et j'ai trouvé 4 nouvelles places de chant dont une tout à fait exceptionnelle.
En effet, cette place n'est pas exceptionnelle par le nombre de coqs(4 en 2008), mais par la superficie qu'ils occupent ( chaque coq est espacé de 300m environ) et par le comportement tout à fait inhabituel de 2 coqs qui chantent très loin en dehors de la forêt ( voir photos).
Cette attitude de parader à découvert loin de la forêt qui est son habitat par exellence vient troubler les idées préconçues de tous les spécialistes.
En paradant ainsi et très éloignés les uns des autres, ils s'exposent à de nombreux prédateurs. En revanche, ils sont plus visibles des femelles qu'ils convoitent.
Ils sont prêts à tout pour attirer l'attention des femelles. On dit bien que "l'amour rend fou" et ces coqs là ont quelque chose d'humain qui nous rapproche un peu plus.

 

Bilan de ces observations :
Malgré le mauvais temps, j'ai fait 15 sorties souvent très humides.
3 prospections sans rien voir, 2 places avec 0 coq, 4 places avec 1 coq, 1 place avec 2 coqs, 3 places avec 4 coqs, 2 places avec 7 et 13 coqs .
Les effectifs restent faibles et sont en baisse d'une manière générale. La limite de répartition de l'espèce diminue.
Les causes de la raréfaction sont toujours les mêmes : prédation naturelle, chasse sans plan de gestion.
Alors que le grand tétras a officiellement 
disparu des alpes francaises, on continue de le chasser dans les pyrénées et ce sans aucun plan de gestion, comme si de rien n'était.
Pour moi, les densités ne sont pas suffisantes pour supporter la chasse.
Le faible taux de reproduction (0,5 jeune/poule) devrait inciter à une extrême prudence.
A la chasse il faut rajouter le braconnage au chant et lors de la chasse d'autres gibiers (30%) et sans compter tous les oiseaux manqués et blessés à mort non retrouvés.
On continue d'appauvrir la population et les jeunes ne peuvent pas compenser les pertes.
Le constat est sévère : on va droit dans le mur et connaître un sort identique à celui des Alpes si aucune décision sérieuse n'est prise et appliquée de façon draconnienne. C'est pourtant simple : c'est au prefet du département de décider de la fermeture de la chasse, mais devant le loby des chasseurs et les problèmes avec l'ours, celui ci ne veut surtout pas se mouiller pour un oiseau aussi discret.

Le Grand Tétras est l'oiseau symbole des forêts sauvages, nous devons le sauvegarder:

1/: Mesures de gestion sylvicoles adaptées
2/: La protection stricte du grand tétras (fermeture de la chasse)
3/: Constitution de réserves sans exploitation forestière (pour protéger les derniers noyaux de population)

Quelques liens pour en savoir plus :
le groupe tétras vosges
le groupe tetras jura
vidéo d'attaque d'un aigle russe, je crois que finalement il à tué les 2 coqs:  


 
Lire la suite

Article publié dans la revue pyrénéenne du CAF

23 Mai 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #Suède 2008

       Un merci à Eric Delcasso, un ami accompagnateur de la vallée, pour son article sur le séjour mixte Traîneau / Ski alpinisme que je propose sur le Kebnekaise dans le nord de la Suède en avril.
      Dans la revue pyrénéenne du CAF de janvier dernier, vous y trouverez son récit de voyage avec photos : 4 pages sur son expérience « au cœur du pays lapon » avec Alaskan Team.
      Je ne vais pas vous parler de l’article et vous laisse le soin de le découvrir. Je relève toutefois une phrase qui résume bien la place des chiens : « tout peut-être inventé avec une logistique chiens de traîneaux ». En effet, les chiens nous permettent de vivre nos rêves les plus fous et les plus beaux.

 

Lire la suite

Toulouse en finale

22 Mai 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX

Peut être avez vous remarqué que certains de mes sacs de traîneaux étaient en rouge et noir !
Et bien le choix de ces couleurs n'est pas le fruit du hasard mais bien les couleurs du "Stade Toulousain" mon club de rugby préféré.
Le week end dernier, toute la famille (sauf les 28 chiens) sommes allés voir Toulouse / Montauban à Ernest Wallon.
Ce derby a tourné à l'avantage des toulousains qui présentaient une grosse équipe en vue de bien se préparer pour la finale de la coupe d'Europe de rugby la Hcup.
Les toulousains ont remporté 3 fois ce trophée et  1 fois le Munster en 2006. Ce sont 2 rugby differents qui vont s'affronter :
Toulouse : l'élégance à la française avec ses lignes arrières qui vont mettre le feu au stade et Munster: la puissance et l'astuce de ces irlandais qui se battent jusqu'à la fin.

Donc, à ne pas manquer !

Rendez vous  samedi 24 mai 2008 à 17h00 au Millennium stadium de Cardif
Munster / Toulouse 

A voir à la TV sur Canal ou sur la place du Capitol à Toulouse en écran géant

Alaskan team est supporter du Stade Toulousain 

Que le meilleur gagne!

 
photo:  éssai de Toulouse face à Montauban 
Lire la suite

Album photos Suède 2008

14 Mai 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #Suède 2008

Revivons ensemble  les plus beaux moments de la saison 2008 en image.
Notre 4 ème place sur la course "Vindelfjallslopet", des nouveaux itinéraires dans le sud de la réserve naturelle de "Vindelfjallen", dans le Parc national du "Padjelanta" et la traversée du plateau de "Bjorkfjallet"
Cliquez pour accéder à 
l'album photo!

 
Lire la suite

Retour en France

27 Avril 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #alaskan-team

         
Ca y est, la fin de la saison des chiens s’est terminée ce samedi soir, après 4 jours et 3 nuits de route. Retour plus mouvementé qu’à l’habitude puisque dès le premier jour, un pneu arrière du 4X4 a littéralement éclaté en roulant. Plus de peur (impressionnant surtout) que de mal puisque qu’après 2 heures d’attente, le remorquage du camion et de la remorque et le dépannage, j’ai pu reprendre la route avec … ça c’est la bonne nouvelle … 26 chiens, et non 24 comme à l’allée.
         Vous l’avez donc bien compris, j’ai à nouveau ramené dans mes bagages 2 nouveaux chiens. Deux frères, Looping et Lord, de 3 ans que Remi un ami musher français vivant à Ardvijaur avait recueilli il y a un an et qu’il ne pouvait garder, ces chiens ne correspondant pas au reste de sa meute (trop rapide, pas le même gabarit). J’avais déjà flashé l’an dernier sur l’un d’eux et cette année, au lieu de faire une portée, j’ai opté pour l’ « adoption ».
         Looping est particulièrement grand et élancé, très convivial et surtout très bavard. Lord est plus réservé que son frère mais très gentil, posé et affectueux. Je suis particulièrement surpris de leur capacité d’adaptation, à croire qu’ils sont nés à la maison. Ils ne méconnaissent personne et se sont fait accepter de tous les autres chiens à une vitesse surprenante. Leur caractère joyeux, souple et zen y est pour beaucoup. Je suis donc impatient de les voir aux entraînements cet automne. 

         Côté saison en Suède, toujours autant de plaisir à retrouver des gens qui sont devenus de réels amis avec le temps (Dominique, Rémi, Pablo mon nouveau handler de Suède, …) et de parcourir ces immenses étendues. Je ne me lasse pas de la beauté de ces paysages et ai découvert de nouveaux sites. L’enneigement a été exceptionnel et ce jusqu’au dernier jour. Les chiens sont en super forme et ce malgré le dernier séjour où ils ont dû faire deux étapes de 80 kms avec 2 tempêtes de vent et de neige sur la moitié du séjour.
         Cette année, ils auront parcouru seulement pour la Suède 1 500 kms, ce à quoi il faut ajouter les entraînements pour les courses pour 14 d’entre eux et bien sûr le travail à La Couéou de décembre à Février, soit environ 4000 kms. Pas de boiterie cette année, ni de maladies, seulement des ampoules sous les pattes pour une bonne partie de ceux qui ont fait la course début mars. 
        Surprise à mon retour en France où nos montagnes sont aussi enneigées qu’à mon départ, mais c’est fini pour les chiens pour 4 mois. Repos bien mérité. Ils ont été super !


Pablo avec 12 chiens sur bjorfjallet (entre Dalavardo et Ammarnas), après un dépot de viande pour les chiens.
(-22°, 65 km en 7h00 et pas une seule trace)

Lire la suite

4ème sur la Vindelfjallenslopet 2008

9 Mars 2008 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #courses 2008

6 mois d’entraînement et les courses se terminent. Mais le résultat en vaut la chandelle puisque je termine 4ème de ma catégorie et 5ème au classement général à la Vindelfjallenslopet qui a eu lieu dans le nord de la Suède du 29 au 1er mars dernier.
Il est vrai que je suis moins bien classé que l’an dernier (où j’étais 2nd derrière Bodil Bakken – voir article de mars 2007), mais cette année, il y a eu de nouveaux participants qui ont élevé le niveau de la course ce qui a permis d’avoir une vraie « bataille ». J’ai donc pu me tester par rapport à ces attelages qui ont déjà 5 à 6000 kms dans les pattes. Pour repère, en France, on peine à avoir 2 500 kms tellement le terrain et le climat ne s’y prêtent pas.
Bref, j’y ai retrouvé Bodil Bakken, ma concurrente de l’an passé ; Nicole Burger, grande habituée avec son mari des courses longue distance de Scandinavie (Munsen Race, Finnmarkslopet, Fenmud …) et une bonne partie de ceux de l’an passé. Je précise que, même si beaucoup de nationalités sont représentées (Allemagne, Italie, Norvège, Français), tous habitent en pays scandinave et ont donc le territoire pour les entraînements.
            Je suis donc parti avec les 5 jeunes et 7 anciens, des habitués de la Suède.
 
Le parcours de cette année a été modifié. Nous sommes donc partis directement sur Dalavardo, pour une étape de 50 kms, avec un traîneau d’environ 140 et 200 kilos pour certains. La course étant en autonomie complète, nous devions prévoir la nourriture des chiens sur 3 jours (1,5 kgs/chien et par jour, soit 54 kgs), plus le matériel obligatoire et le nécessaire pour les bivouac. Nous avons donc remonté une bonne partie de la rivière sous un temps couvert. A de nombreux passages, les jeunes ont fait connaissance avec l’over-flow (eau qui remonte par-dessus l’épaisseur de glace). Aucun chien n’aime vraiment ça mais ils ont tous très bien réagi, hormis Jervy (se prononce Yervi) qui montrait son mécontentement en freinant. La neige tombée les jours précédents nous a permis d’évoluer en poudreuse avec un vent assez fort. Bodil et Nicole ont de suite marqué le rythme de la course.
Sur le coup des 18h (il fait déjà nuit), j’ai assisté à ma 1ère aurore boréale de la saison, toute teintée de jaune, orange et rouge : superbe. Soirée sympa en compagnie des autres mushers et nuit plutôt fraîche avec -22°C.  
Partis pour 80kms le second jour, nous avons été nombreux a avoir été ennuyé sur plus de 30kms par les snow-balls (boulles de neige qui se forment entre les coussinets des pattes des chiens). Sur les 50 derniers kms, la température ayant augmentée, nous avons eu moins de problèmes et avons enfin pu attaquer les choses sérieuses avec notamment trois belles côtes bien raides. C’est là que j’ai enfin pu faire la différence avec mes principaux concurrents de la veille. Les chiens sont habitués aux forts dénivelés dans les Pyrénées et je compense là avec mon manque de kilomètres. Ne connaissant pas les deux tiers du parcours de ce jour, j’en ai profité pour observer. En effet, cela faisait maintenant deux ans que j’envisageais ce secteur pour des séjours mais je n’avais jamais pris le temps de pousser jusque là. Voilà chose faite et il y a fort à parier que cela fasse partie des séjours de cette année tellement le paysage est somptueux.
Deuxième nuit de bivouac sous une kotta (tente traditionnelle des lapons) avec neige et -10°C.
Pour éviter les galères de la veille, j’ai bottiné la plupart des chiens pour cette nouvelle étape de 40kms qui nous ramène vers Ammarnas. Cette étape était prévue initialement à 80 kms mais les conditions climatiques ont contraints les organisateurs à la réduire de moitié (neige, tempête sur les lacs et plateaux, brouillard).
Tous les chiens ont fini en super forme, content d’être là. Les jeunes se sont super bien comportés : aucun n’a craqué, ils ont été constant, ont bien mangé même si incontestablement ils préfèrent la viande dès que cela devient plus difficile. Je leur faisais totalement confiance et ils le méritent parce ce n’était pas évident. Ils découvraient tout au même temps : la Suède, l’univers des courses, des températures basses et des étapes de 80kms. Je suis donc très fier d’eux.
Leur maman, Kiowa, était très contente de retrouver son pays (dès la veille du départ de France, elle ne voulait plus descendre du véhicule. Elle a parfaitement compris qu’elle « rentrait » chaque année) et elle s’en est donnée à cœur joie. Je l’ai même mise en tête le 3ème jour pour remplacer Milou qui manquait de constance. Concernant Milou, grand fidèle à lui-même, il se laisse distraire par la femelle d’à côté, Gena, dès qu’il s’arrête. Gena a fait les deux courses de la saison en tête avec une rigueur et une perfection toute à son honneur. Elle s’est considérablement bonifiée depuis l’an passé, ce qui va soulager Maverick, mon autre chien de tête, qui commence à me montrer qu’il voudrait passer le flambeau et les responsabilités de cette place. Dalavardo n’a pu participer puisqu’il s’est blessé à une patte le jour de notre arrivée en Suède. Yéti a, quant à elle, passé le contrôle vétérinaire en cas de blessures de dernières minutes sur un autre chien mais n’a pas pris le départ. En effet, Dalavardo s’étant blessé, j’ai opté pour une ligne de 12 chiens et non plus 14.
 
Comme je l’ai souligné au début, je suis très content de cette course. On y retrouve des attelages de très bons niveaux ce qui permet une vraie « compétition ». De plus, les étapes se faisant de jour, nous avons tout le loisir d’admirer des paysages de toute beauté. Bien que considérée comme course de mi-distance, son parcours essentiellement en montagne en fait une course difficile où ceux de la longue distance viennent s’y retrouver, souvent pour se tester avant la Finnmarkslopet. Enfin, l’ambiance y est très sympa, conviviale. Les organisateurs y sont pour beaucoup. Avec une 15aine de mushers, cette course garde une échelle humaine. Loin des médias, les participants restent authentiques dans leur approche de la course et entre eux. Tous (staff, pisteurs, mushers, véto, juge de courses …) se côtoient le soir venu.
Cette année, nous y avons eu un vrai podium de charmes puisque les deux premières sont des femmes. Nicole Burger qui monte sur la 1ère marche du podium et Bodil Bakken.
Suite à leurs demandes, je suis d’ores et déjà positionné pour l’année prochaine, cette course étant devenue pour moi comme un classique, un coup de cœur pour le site et pour les gens. J’aimerai inciter d’autres français à s’y joindre, notre présence y étant fortement appréciée et remarquée. Cette course existe depuis presque 20 ans mais s’est arrêtée pendant 5/6 ans. Une catégorie randonnée existe en parallèle avec le même trajet. J’espère avoir suscité quelques envies.
 
Aussitôt fini et j’ai déjà quelques projets qui me titillent de plus en plus pour l’année prochaine, dont une course peu connue chez nous mais assez cotée en Scandinavie. A voir !!! A suivre !!!
J’envisage également d’entraîner un attelage et de le « prêter » à une personne qui serait intéressée pour se tester au milieu de la course. A réfléchir ! Et à bon entendeur salut !
Pour l’heure, je vais me consacrer aux séjours que j’accueille à partir de dimanche 2 mars, soit 5 au total jusqu’au 21 avril. Après les initiations, les courses, les chiens sont donc repartis pour un mois et demi de randonnée. Promis, après c’est repos au soleil pendant … 4 mois !

 


undefined Les chiens aussitôt à l'arrivée, pendant le contrôle du traineau

undefined

 


Nom
Nbre chiens
Temps
Classement
Catégorie
Classement général
Steffen Neumann
8
12.00.43
1
4
Soren Upsall
8
13.42.45
2
8
Jurgen kloppmann
8
13.45.53
3
9
Marten Johansson
8
14.22.12
4
11
Andreas Renofalt
8
14.54.28
5
12
Nicole Burger
10
11.09.49
1
1
Bodil Bakken
12
11.20.59
2
2
Henry Coronica
11
11.29.12
3
3
François Pagnoux
12
12.46.36
4
5
Larc Eric Eliasson
12
13.10.29
5
6
David Gustavsson
12
13.28.30
6
7
Dominique Rivière
11
14.15.06
7
10

 undefined Petit thé chaud en entendant les arrivées de chacun 
Lire la suite
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 > >>