Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

L'Amundsen Race 2010

2 Avril 2010 , Rédigé par françois PAGNOUX

Check Point de Taandalen

IMG 0854La seconde participation à l’Amundsen Race aura été la bonne. J’ai donc fini 19ème sur 36 participants (dont 13 scratch).

Le Team était composé des 6 petits de Kiowa et Madisson (Stallo, Jervi, Minki, Bjorn, Singi et Salka), Eros, Scott, Banjo, Ayrton, Vindel et Jeff.

 

La Mass Start de cette année aura été marqué par une pluie importante ce qui a bien sûr gâché un peu ce merveilleux spectacle. Les 5 premiers (dont je faisais parti) ont eu de surcroît la malchance d’atteler tous les chiens les pieds dans l’eau. Pas la peine donc de bottiner : ma première interrogation étant de fait remise à plus tard.

Par je ne sais quel heureux hasard, je me suis retrouvé 3ème sur la piste après la Mass Start. Une chance quand je me rappelle la difficulté que j’ai eu l’an passé à freiner les chiens sur plus de 20kms le temps que chacun prenne la piste et la difficulté à remonter les attelages sur une piste étroite. Là au moins, je n’avais plus qu’à me laisser doubler tranquillement par les attelages plus puissants ou rapides. Je n’ai donc pas eu à réguler à l’excès ou à demander d’effort particulier aux chiens sur cette première étape de nuit de 142kms.

Dès le début, j’ai ressenti un rythme plus soutenu et une piste plus roulante que l’an passé, ce qui s’est confirmé sur les temps au 1er check point. 10h15 cette année au lieu de 12h32 l’an passé, soit 14km/h au lieu de 11,3km/h. Cette tendance s’est confirmée tout au long de la course.

 

Arrivé à Ljungdalen, j’ai pris l’initiative de dropper Banjo, un des deux jeunes de deux ans, qui manifestement n’avait que faire de la course et a passé pas loin de 80kms dans le sac à chien. Trop jeune ou pas assez de mental : en tout cas, mauvais choix ! Scott a dû également être droppé à ma grande surprise puisque aucun signe précurseur ne m’avait alerté. A l’arrivée, il s’est couché comme le font tous les chiens. Mais quand la vétérinaire a voulu l’ausculter, impossible de le toucher. Scott hurlait de douleur, principalement au niveau des pattes. D’accord, il est plutôt douillé mais là, il y avait autre chose. Après consultation de plusieurs vétérinaires, Scott avait tout simplement de terribles crampes. Impossible de le remettre sur pattes pendant 3 heures, même en le gavant de cachets de magnésium et d’un anti-inflammatoire. Soyez rassurez, après 8 heures de camion au chaud, un bon repas, il frétillait comme un gardon et avait retrouvé son côté « speed ».

Me voilà donc reparti avec 10 chiens pour 70 kms de montagnes russes. Les chiens connaissant déjà la piste et celle-ci étant plus roulante, cette étape s’est bien mieux passé que l’an passé et les chiens sont arrivés fatigués mais en forme à Täandalen. J’ai pris la décision dès l’arrivée d’être réglo en leur donnant 10 heures de pause. Je voulais finir, peu importait le classement et donc la durée des arrêts. Il faut toutefois savoir que l’Amundsen Race comporte des temps disqualificatifs sur lesquels il vaut mieux être attentif mais j’avais une bonne marge de manœuvre. J’ai pris la décision de dropper Vindel, une petite femelle super bosseuse mais qui ne sait pas s’économiser. Je la sentais limite pour la prochaine étape et ne me voyais pas la porter dans le traineau pendant 40 kms. Ayrton, quant à lui, a été droppé sur décision du vétérinaire pour cause d’ulcère à l’estomac, vraisemblablement généré par le stress de la course. Nous voilà donc reparti de nuit avec 8 chiens, après 9H30 de pause. Une erreur sur le tableau des temps a légèrement faussé une donnée (sans grande importance quoiqu’il en soit). En fait, j’ai signé la feuille de départ mais ne suis parti qu’½  heure plus tard. La moyenne sur la 3ème étape est donc réellement de 11,6km/h.

Au cours d’une pause snack, Salka s'est fait mal à une patte et commence à montrer des signes de boiterie. Jeff, quant à lui, commence à être moins concentré.

 

Arrivé à Lovasen soit 300kms : coup dur. La vétérinaire me retire Minki, conséquence d’une bêtise. Deux jours avant, Eros et Minki avaient joué du croc quelques secondes, mais suffisamment pour que ce dernier est un impact sur une patte ! N’ayant pas le droit d’administrer des antibiotiques pendant la course, la plaie commençait à s’infecter. Jeff n’en voulait plus ; Singi avait des pulsations cardiaques qui témoignaient d’une grande fatigue et Salka boitait.

Après un moment d’interrogations et de « flottement », une petite sieste pour tout le monde et un nouveau contrôle vétérinaire, j’y voyais plus clair. Bien que les pulsations de Singi ne se soient pas baissées, je l’a savais capable. Je continuerai aussi avec Jeff. Et quant à Salka, rien n’était décelé et avec un peu de massage, maintenu au chaud dans un strap pendant le repos, elle semblait aller mieux. J’ai parfois regretté sur l’étape Lovasen / Tufsingdalen de ne pas avoir dropper Jeff qui avait résolument décidé d’arrêter la course là et qui freine les autres. Singi va bien et Salka hésite parfois sur 3 ou 4 pattes.

 

Le check point de Tufsingdalen étant en fait un dogdrop (lieu pour retirer un chien du team et non un endroit aménagé avec paille et eau) et le camion étant visible des chiens, je ne me suis arrêté que le temps de dropper Jeff, remplir le carnet de vétérinaire et signer les feuilles puis direction la dernière étape, 40 kms, à nouveau de nuit. Alors que Stallo et Jervi (qui ont fait toute la course en tête) commençaient à ressentir une lassitude, Eros, qui était juste derrière eux, s’est mis à relancer l’attelage d’une façon surprenante, avec une assurance déroutante. J’ai très vite compris la raison de cette motivation soudaine. Eros, que j’ai eu de chez Daniel Juillaguet, avait fait la Femund quelques années auparavant. Or, la dernière étape de l’Amundsen Race est la même que la Femund. Eros savait donc que la course touchait à sa fin. Il a su remotiver Stallo et Jervi par son attitude posée et sûr de lui, et fixer un rythme tout à fait impressionnant sur 20 kms. Certains pourront être surpris de mes propos, mais si les chiens se parlent, il s’est vraiment passé quelque chose entre ces trois là. J’en ai été émerveillé.

 

Nous avons donc fini à 00h20 avec 6 chiens, épuisés mais heureux. Après un dernier contrôle vétérinaire, il s’avère que tous les chiens sont en forme, sans aucune séquelle physique.

Inutile de vous dire à quel point je suis fier d’eux. Au risque de me répéter, c’est ma portée « maison » qui m’a mené au bout, et ça c’est vraiment un très beau cadeau. Ils ne pourront jamais rivaliser avec des chiens de course, ils n’en ont ni le physique, ni les entrainements, mais j’aime leur mental, leurs motivations et leurs persévérances. C’est incontestablement aujourd’hui la portée la plus aboutie et polyvalente qui soit nait chez moi. Concernant Eros, c’était un chien en qui je sentais un potentiel énorme, sur qui je pouvais compter, il m’a prouvé bien plus que ça. Il m’a totalement conquis : un mental, une constance, un calme et une assurance étonnants. Je n’oublie pas les autres qui ont mis une pierre à ce travail et particulièrement à Vindel qui, l’air de rien, fait très bien son boulot et à Ayrton qui a du potentiel. Jeff commence à vieillir et ça se sent.

Je suis assez content de la moyenne qui est de 11,6km/h. Ce qui est surprenant, c’est qu’après avoir parcouru 420 kms et en ayant employé chacun une stratégie différent, nous sommes 6 à être arrivé  à ½ heure d’intervalle. Certains ayant une cadence moins soutenue avaient opté pour réduire les temps de repos aux chiens et d’autres, accorder plus de pause pour un rythme plus rapide.

Le suivi GPS, nouveauté sur cette course, a bien fonctionné ce qui a permis à chacun de suivre en temps réel nos progressions. Félicitations aux organisateurs et plus particulièrement à Nadia.

Nous avons fini par une soirée de clôture où nous avons arrosé nos participations entre français par 2 petits crus français que Thierry, le handler de Catherine, avait gardé pour l’occasion.  Thomas Verrin, handler chez Kjetil Reitan qui a couru la Femund 400 en janvier, nous avait rejoins pour l’occasion.

Bravo à Jean-Phi, 1er français et étranger dans le top 5 et à Catherine avec son attelage de Sibérian Huskies. David a eu moins de chance, il a suivi un attelage qui s’est trompé de chemin en pleine nuit et a dû abandonner.

  

Une semaine s’est écoulée et il me faut maintenant optimiser au quotidien ou sur une future course tout ce que j’ai appris et observé, et bien sûr tirer profit de certaines erreurs.

Je repars lundi 28 pour un séjour de 10 jours, 450 kms le long de la voie royale reliant Ammarnas à Abisko.

 

Merci à vous tous pour nous avoir soutenu et cru en nous, pour vos textos, mails et coups de fil.

  

 IMG 0880

Repas de clôture

 

Allée de droite en partant du fond : Thierry, ami et handler de Catherine : Catherine Mathis et Thomas Verrin

Allée de gauche : David Gaudin, Fred son handler et François

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bernadette et Alain PEROCHEAU 03/04/2010 15:09



Bonjour à toi François,


Félicitations pour ce classement qui prouve la qualité de tes chiens bien qu'ils ne soient pas de véritables chiens de courses.


Malgré ta baisse de moral de début d'année due au manque de neige ; ton optimisme, ton travail et ta persévérance se sont finalement avérés payants et t'ont amenés au bout de cette course.


Bravo encore pour cette réussite en équipe et bonne continuation


 



olivier H 02/04/2010 22:09



Félicitations pour ce résultat !



patrick et marie anne mahe 02/04/2010 21:11



bravo francois. nous t'avons suivi sur la course grace au GPS. nous avpns un peu de nostalgie car il y a un an nous partions avec toi pour un séjour inoubliable. bravo aussi a tous tes chiens qui
savent te rendre ce que tu leur apportes  .marie-anne et patrick