Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

Bilan de la course

14 Avril 2009 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #Courses 2009

  (Aire de stake out à Tanndalen)

J’arrête donc la course à 211 kms, soit pile à la moitié, avec des chiens en forme. Certes, je pensais dropper Dalavardo qui lui aussi commençait à montrer des signes de faiblesse en descente mais la forme des autres était surprenante. Envie de manger, pas spécialement affaiblis, pas amaigris du tout, l’œil vif, bref : fatigués mais bien. Ce que la vétérinaire confirmera. Je décide toutefois d’arrêter car je sais qu'en continuant, je « tire » dessus, que la fatigue va réellement commencer à se faire sentir et que pour l’instant aucune blessure grave n’est à déplorer. Nous sommes dans la nuit de samedi à dimanche et jeudi, je pars pour un séjour de six jours en montagne autour d’Ammarnas et en enchaine ainsi 3 comme ça. J’ai déjà 4 chiens en convalescence dans le camion (Milou, Stile et Star auxquels s’ajoute Gena, Yéti est déjà remise !) mais je ne peux pas me permettre à 4 jours d’un séjour d’ «abîmer» ou d’épuiser les chiens en continuant et ainsi compromettre la fin de saison. J’ai besoin d’eux, ce qu’ils m’ont témoigné me suffit, même si je reste sur ma fin. Mauvaise planification qui remonte à plus de six mois. Dommage, la prochaine fois, je prévoirais une semaine de travail en étoile au départ d’Ammarnas. Les chiens blessés auront alors tout le loisir de se reposer et ceux qui n’ont pas couru pourront remettre le pied à l’étrier.

Au terme des 6 heures de repos obligatoires et après avoir englouti une quantité astronomique de tout type d’aliment à ma portée de main, je confirme, l’âme en peine, mon scratch sur la course. Nadia aurait aimé me voir continuer et son soutien me touche. Mon handler le comprend et me soutient également dans cette décision. Quand le lendemain les regrets pointeront inexorablement, elle n’aura de cesse de me répéter le bien fondé et la sagesse de la décision et de me répéter que oui, les chiens pouvaient continuer sans difficulté et que oui, la prochaine fois, on ira plus loin. Quand on rentre les chiens au camion, tous nous déboitent le bras tellement ils tirent fort. Salka va même pleurer au petit matin en voyant son harnais pensant que l’heure du départ approche. Je suis rassuré : aucun ne semble dégouté, fatigué, blessé. Je me remémore la veille et regarde Yervi et Stallo avec admiration quand je repense à l’envie qui les poussait à s’écarter du chemin pour dormir et leur obéissance face à mes relances incessantes. Je suis vraiment fier d’eux, de leur motivation, de leur écoute, de leur persévérance, de leur obéissance, de leur abnégation. Ils m’ont tous fait confiance et ont continué. Même raccourci, je suis satisfait de cette course car en dehors du chalenge, je voulais vivre de nouvelles expériences avec eux, aller plus loin dans nos relations. Voilà chose qui est faite. Les expériences de randonnée en Suède ont indéniablement été profitables car les chiens savent que je ne baisse jamais les bras face à une tempête ou un jour blanc et ils savent que si je demande quelque chose, c’est parce que je sais qu’ils peuvent le faire et que je n’exagérerai pas jusqu’à l’usure. Les 6 chiens de la portée de Kiowa et Madisson sont tout à fait exceptionnels (pour moi bien sûr). Ils sont un parfait compromis pour le travail, la randonnée et la course ... et surtout une portée « fait maison ». Bien sûr que je ne ferai jamais de grand classement avec eux, mais leur polyvalence me permet de réaliser de très beaux rêves ensemble.

Il est évident que les mushers scandinaves ne peuvent qu’avoir des performances notoires notamment sur la Grande Odyssée : ils ont le terrain pour entrainer chaque jour leurs chiens sur des centaines de kilomètres avec, en plus, le même dénivelé que chez nous. Pour le peu qu’ils sélectionnent judicieusement leurs chiens, il n’y a plus aucune rivalité possible : juste profiter de leur présence sur les courses pour observer.

Côté course, j’ai appris depuis que les 2 premières étapes sont incontestablement les plus difficiles : pas loin de 3000m de dénivelé positif en 210 kms ! Pour l'organisation, rien à dire : précis et clair (de ce qu’on a compris !), parfait. Des personnes accueillantes, disponibles jour et nuit.

Concernant notre organisation, je suis agréablement surpris de ne pas avoir commis d’erreur ou d’oubli majeur (même mineur) à part bien sûr une seconde frontale !!! et la nourriture fut justement dosée.

 

Une autre décision est donc déjà prise : je reviendrais et je finirais. Peut-être pas dès l’an prochain car 3 des 12 chiens ne pourront pas y participer et que tous mes chiens n’ont bien sûr pas ce potentiel. Il me faut donc des nouveaux chiens ce qui était déjà mon objectif avant de partir en Suède. Car comme chaque année, j’avais prévu de revenir avec de nouveaux pensionnaires !!!


(Yervi à gauche et Stallo à droite)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marie-anne et patrick 22/04/2009 19:10

tu as abandonné ta course en pensant, entre autre, aux 3 séjours qui allaient suivre ...... Nous voulons te remercier pour l'aventure inoubliable que tu nous as permis de vivre. tu vis ta passion, et tu as réussi à nous la faire partager. Avant de penser à repartir vers ces grands espaces (je dois d'abord me perfectionner dans le plantage de l'ancre !!!), nous pensons déjà aller te rendre une petite visite dans les pyrénnées à l'automne peut-être, et retrouver nos compagnons à 4 pattes qui nous manquent !!!! nous allons t'envoyer un CD photos.marie-anne et patrick