Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

1er podium sur l'Andorra Ultra Mitic

19 Juillet 2011 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #trail

 

 

Tout d’abord, un petit rappel pour tous ceux qui me suivent mais qui sont plutôt « traineau » que « trail ». L'Andorra Ultra Trail est une course qui a été créée il y  a seulement 3 ans et qui a su s’imposer dans le milieu comme la plus difficile, la plus dure techniquement, physiquement et moralement, bien au-dessus de la légendaire UTMB (Ultra Trail Mont Blanc). C’est donc 112 kms (ça, ça peut encore aller), mais surtout 9 700 mètres de dénivelés positifs, avec de très nombreux passages de cols à + de 2500 mètres d’altitude. Tout ça avec un départ à 23h.

 

images portable 2011 005(photo au départ d'ORDINO : moi 10ème, Eric 2 éme super champion et Christophe mon équipier de l'Euskal 23 éme)

 

 

Mieux préparé que l’an dernier, je retrouve les camarades de l’Euskal Trail et tente de rester optimiste malgré les résultats édifiants de l’an passé avec seulement 20% de finishers. Pour tout vous avouez, je m’étais fixé, dans mes rêves les plus fous et surtout inespérés, l’objectif de me placer dans le top 20 même si c’était plus pour me donner un objectif stimulant qu’une réalité vraiment accessible.

 

 Après un départ donné en grande pompe avec feu d’artifice, nous voilà parti pour, dans le meilleur des cas, 22 heures de course sans interruption (ça c’est la version des logiciels mais c’est tellement facile comme ça), dans le pire des cas …. un abandon !

Sans vous faire un récit détaillé de la difficulté, des doutes, des espoirs retrouvés, des passages à vide, l’Andorre est vraiment un pays absolument magnifique, de toutes beautés ; mais punaise, même les isards se font peur là-bas.

Bref, nous évoluons dans des paysages qui méritent tous ces efforts sans aucun doute, mais quand vous devez descendre des pentes en pleine nuit où des cordes sont tendues pour vous retenir, où plusieurs concurrents cassent des bâtons... ; quand vous relevez la tête et que vous savez que ce mur vertical en face de vous est bien le chemin que vous devez empruntez et bien vous vous dîtes que c'était finalement de la rigolade Le Grand Raid des Pyrénées l'an passé même si j'en avais bavé sur la fin. Mais quel plaisir immense toute cette première nuit sous ce clair de lune, et la surprise au sommet de la coma pédrosa 2900m avec les bénévoles qui nous ont acceuillies avec des feux d'artifices et la cornemuse. 

 

Stimulé par mon premier classement à La Margineda (12ème !), je déchante vite en fin de matinée quand la chaleur m’accable (26° - pour un musher, c’est dur dur). Bref, petit moment de doute où je calcule le dénivelé restant pour me remotiver, déjà les 4/5ème de fait.

Au point de contrôle d’Envaliera, je suis 11ème. Bien décidé à m’accrocher à cet objectif du top 20, je ne lâche rien et repars après 10 mn de pause. Je suis en forme, nous sommes à la mi-journée ; la fraicheur, mon alliée, va revenir, le ciel se couvre. Pas de soucis de santé de pieds, je dois m’accrocher. Le mental y est mais l’énergie du début s’amenuise, le dénivelé positif commence à se faire sentir. J’avance, je veux finir et c’est décidé : dans les 20 premiers. J’ai mal à un talon dans les descentes ce qui me freine. La pénombre commence à tomber et j’ai plus de deux heures de retard sur ce foutu logiciel. Je vais finir en marchant vite.

 

Et là, comme ces courses sont autant de moments magiques, je fais une rencontre formidable avec un trailler andorran. Nous faisons souvent des rencontres, des bouts de chemins avec de nombreux concurrents. Leurs compagnies nous stimulent, nous réconfortent ou nous encouragent mais nos chemins s’éloignent souvent en fil des kilomètres.

En bas de la dernière pente, un andorran « s’accroche » à moi. Je le tracte donc sur ce dénivelé et arrivé en haut, pour tout remerciement, il m’annonce sans aucune discussion possible que maintenant c’est lui qui prend le relais sur la descente finale de 16 kms et veut absolument que je passe la ligne avant lui pour me remercier. De quoi, je ne pige pas trop mais son énergie et sa motivation sont irradiantes. Tout me paraît possible, je me remets à courir. Il faut dire que son pari à lui était de boucler le tour en moins de 24h et qu’il est vers 21h. Ce type a quelque chose de fou dans sa volonté qui me fait croire, que même en difficulté, tout est possible. Je m’accroche. Après 100kms de course, nous descendons ces 16 derniers kms à 13 km/h, et je suis BIEN. Nous doublons deux concurrents qui avaient 20 mn sur nous à LLorts et arrivons à Ordino en 24h et 10mn. Pour ma part, au regard des moyens qu’il s’est donné, ce type a pleinement réussi son pari parce que c’est quoi 10 mn, après tout ça ? Il esquive à l’arrivée pour que je bip le 1er et fais ainsi mon premier podium en vétéran 1 - 3ème position et suis 10ème au classement général (148 finishers sur 303 partants). Inespéré au départ, je suis dans le top 10. Quel bonheur de voir ces heures d’entrainements récompensées. Je suis en pleine forme, hormis une ampoule profonde au talon. Aucune courbature mais une faim d’ogre.

Par respect et honnêteté pour ce coureur, j’ai bataillé le lendemain matin auprès des organisateurs de la course pour que nos chrono soient identiques au mien, ce qui a été rectifié le dimanche matin. Pour répondre au commentaire de Patrick, je n’ai donc pas fini au sprint comme on pouvait le voir sur les premiers résultats du soir mais en compagnie d’un trailler andorran d’une détermination surprenante.

J’ai cependant fait les trois quart de la course seul, avec seulement 1h de pause répartie sur les 15 check-points.

Je me sens maintenant prêt pour le Grand Raid des Pyrénées de fin août, mon dernier Ultra Trail de la saison. Cette position me conforte dans ce choix sportif que j’ai fait il y a deux ans et bien sûr, comme c’est plus fort que moi, j'ai déjà un autre projet qui me trotte dans la tête.

 

 Encore merci pour tous vos soutiens. Comme en traineau, ça aide toujours de savoir qu’on est suivi et soutenu. Ca nous donne cette volonté de s’accrocher et de relever le défi.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Malou 25/07/2011 11:40



bravo françois on est fier de toi! malou



sam 20/07/2011 22:43



bravo pour l'exploit!!!


François... t'es vraiment un furieux!!


Marina et Sam


 



carre 20/07/2011 18:44



Encore et encore bravo! Plus tu veillis plus tu es performant , quel élixir prends tu ? Bien tes images avec ta caméra , groses bises et félicitations  d'Andrée . nous sommes heureux pour
toi et de loin nous partageons ta joie . Salut Les petits Bretons .