Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

Retour sur la BTT 350

8 Avril 2017 , Rédigé par françois PAGNOUX

Décidément, c’est à nouveau une année sans pour la BTT 350.

 

L’an dernier, le traîneau casse et cette année, les conditions de piste sont impossibles à tenir en 8 chiens.

 

Après une première étape avec des cadences générales au-dessous de la normale pour un début (17km/h pour le meilleur et 14 km/h pour moi), nous comprenons vite que cela va être galère côté piste. Nous nous enfonçons sans cesse et le temps très changeant (avec des températures positives en journée et -5° la nuit), ne présage rien de très bon.

 

Reparti à 2h10 du matin, cette étape sera la plus longue de la course soit 117kms et la plus montagneuse. Je ne parle pas des plateaux du Finnmark ou d’Ammarnas, non ; mais de vrais montagnes russes où cela monte et descend sans cesse, sans oublier les devers qui vont bien avec.

 

J’arrive à Borgafjall vers 13h en 6ème position (8 et 12 chiens confondus) soit une moyenne de 10,6Km/h. Autant dire de suite que la piste est pourrie. Les chiens s'enfoncent. De l'avis de tous, cette étape était très physique et longue. Twix est droppée car elle n'arrive pas à suivre le rythme et a une légère boiterie.

 

Je repars à 19h40 après 6,5 heures de pause. Mais les conditions météorologiques ne s’arrangent guère et c’est une tempête en pleine face qui nous attend en montagne pour les 100 prochains kilomètres au minimum. La neige est lourde et collante et je percute que, alors que je suis le dernier attelage en 8 chiens, cela n’est pas réalisable compte tenu des conditions de piste. En effet, il faut que j’enquille cette étape de 96 kms, puis un arrêt au check point non accessible donc en autonomie de Saxvattnet et enfin la dernière étape de 54kms pour rejoindre Norraker samedi avec une deadline vers 12h !!! La neige ne porte pas du tout ce qui demande de pousser, patiner, courir et tirer sur le traîneau sans cesse d'où une grande fatigue physique chez tous les mushers.

Se pose alors juste la question de savoir si avoir un titre de champion de Suède de longue distance en 8 chiens est plus important que le plaisir. Vous connaissez maintenant ma réponse.

 

Personne n'aura donc fini cette course en 8 chiens et seulement 5 sur les 10 attelages en 12 chiens. C'est dire si les conditions étaient complexes cette année. Cette course, malgré un kilométrage raisonnable, parait éprouvante et éreintante pour les organismes.

Je n’ai pas de regret car il n'y aurait pas eu de plaisir et le "will to go" est aussi important pour les chiens que pour le musher. De cette expérience, j’en retire le sentiment aujourd’hui d’un besoin et d’une envie de vivre ces moments de course plus en partage avec quelqu’un d’autre (un second attelage) et bien sûr, vous me connaissez, je nourris déjà quelques projets à ce titre.

Les chiens ont, quant à eux, été super même quand il a fallu repartir. Twix garde encore quelques raideurs aux épaules.

Un grand merci aux organisateurs et bénévoles pour cette course "familiale" et très conviviale qui garde un caractère authentique. 

Je m’associe aux remerciements de Cécile pour tous les parrains, Patrick, Sylvie et Brian, Martine, Frantz et Jean-Pierre qui ont soutenu cette course en hommage à Salka et plus particulièrement Sylvie, sa marraine, pour toute l'attention et la fidélité qu'elle lui a porté pendant ses 9 ans de course et de séjours en Suède.

Une pensée particulière également à tous nos proches (à deux et quatre pattes) qui nous ont déjà quittés en ce début d’année et à tous ceux qui continue le chemin avec ce petit manque, cette petite absence insidieuse.

Un grand merci également à Fanny, musher amateur dans le Capcir, qui s’est occupée des 19 chiens restés à Ammarnas. Un vrai bonheur de partir "léger" et en confiance.

 

Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Retour sur la BTT 350
Lire la suite