Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ALASKAN TEAM : RANDO CHIENS DE TRAINEAU PYRENEES ET RAIDS EN SUEDE

Veste Sibir

29 Mars 2007 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #alaskan-team

      En novembre dernier, Décathlon Tarbes avait manifesté son désir de me soutenir matériellement sur les deux courses et pour cela m’a équipé notamment avec la veste Sibir (cf article du 06.11.06 ).

       Au vu des conditions météorologiques de cet hiver, il était difficile de la tester en France, celle-ci ayant été conçue pour des températures extrêmes autour de – 25°C. Et quand bien même les températures ne sont pas descendues à ce seuil même en Suède, j’ai toutefois eu l’occasion de la mettre par -15°C et lors de grands vents sur des lacs, plateaux d’altitude, cols…

       Ce fut chaque fois le même plaisir ! Une fois dans le traîneau, on sait que l'on affrontera sereinement tout type de temps. Elle est très confortable et malgré son aspect un peu encombrant, on s’y fait très vite et s’y sent très à l’aise. La résistance de la toile et les grandes poches sont des points très appréciables pour la pratique de notre sport. Sans compter sur la capuche tunnel : un vrai bonheur par temps venteux et humide.

Bref, un confort très appréciable voire rassurant ; un très bon rapport qualité / prix.

Lire la suite

Une course conviviale

24 Mars 2007 , Rédigé par françois PAGNOUX Publié dans #courses 2007

     Enfin quelques nouvelles de Suède !

    Après environ 72h de voyage, nous voilà enfin arrivés à destination : Ammarnäs, petit village à l’entrée de la Réserve Naturelle de la Vindelfjallen, entre Ardvijaur et Storuman, dans le Västerbotten.

    Quelques heures de repos et me voilà déjà reparti pour entraîner les chiens car la course est dans 5 jours. Le temps est donc compté pour mettre les chiens en jambe (surtout au regard de la saison en France) et aucun ne se fait prier après toutes ces heures de route. 4 jours d’entraînement ont permis aux chiens de s’acclimater et pour moi de vérifier la santé physique de chacun. Petit coup de blues quand à l’issue des entraînements, la veille du départ, il a fallu en « disqualifier » 2 pour soucis de santé : Zuma pour une vieille crevasse qui s’est ré-ouverte et Gena pour une boiterie à la patte avant droite (la même pathologie que lors de la Grande Odyssée). Les chiens enclenchant juste après avec 1 mois et demi de travail, il est impossible de prendre des risques, même avec des lésions qui semblent bénignes.

      Le départ se fera donc à 10 chiens (catégorie illimitée) le 8 mars pour 3 jours de course en autonomie complète. Cette course de mi-distance à étape en montagne, en deux catégories (8 chiens et illimitée), compte 170 km dont les 2/3 hors pistes. Le ravitaillement des chiens n’étant pas assuré aux deux points de contrôle (inaccessibles), les mushers doivent emporter dans le traîneau la nourriture des chiens pour la totalité de la course, sans oublier le matériel obligatoire, soit un poids moyen de 140 kg par traîneau. Bien que beaucoup de nationalités européennes soient représentées, tous résident sur le territoire suédois. Seuls Bodil Baken (Norvégienne) et moi venions de l’étranger. Le hasard du sort a fait que je parte en premier, ce que j’ai considéré globalement comme un atout : au moins les chiens n’épuiseront pas leur énergie à voir les autres attelages partir et surtout ils ne commenceront pas par un rythme trop soutenu en voulant rattraper les autres.

       Les chiens sachant où ils allaient et connaissant déjà les particularités du parcours, ont parfaitement su gérer leur effort tout en se fixant une cadence tout à fait raisonnable. 3ème de ma catégorie (sur 5) à l’issue de la 1ère journée, j’ai confiance en leurs capacités. Je les sens sereins et surtout en forme. Le deuxième jour s’est passé sans surprise, excepté 500m avant l’arrivée où le mousqueton qui relie le traîneau à la ligne des chiens a cassé brutalement. Les chiens ont donc fini tous seuls, moi derrière à pousser le traîneau, heureusement en descente. Aucune incidence sur le classement puisque je passais à la seconde place de ma catégorie et 5ème au classement général. La troisième journée s’est déroulée sous un soleil superbe avec toutefois des températures un peu élevées pour les chiens. J’ai pu profiter pleinement de ce site merveilleux et toujours laisser les chiens faire leur travail en les aidant toutefois à chaque montée en courant à côté. 

        Bilan de la course très positif (cf classement à la fin de l’article) : 2ème en catégorie illimitée et 4ème du classement général. Les chiens ont non seulement eu la forme physique (ce qui était assez improbable vu les entraînements de cet hiver) mais surtout un très bon moral et une super motivation. Un atout indéniable était la bonne connaissance du territoire puisqu’il faut bien l’avouer, après La Couéou dans les hautes Pyrénées, ces montagnes sont leur second terrain de jeu qu’ils parcourent pendant plus d’un mois 1/2  par an tous les jours. Les chiens n’ont pas maigri, ni souffert des coussinets, ils ont été constants. Au regard du classement, et quand bien même je serais parti avec 12 chiens, je n’aurai pu qu’améliorer mon temps mais pas le classement. Je suis donc très content d’eux. Allez, même un peu fier. J’appréhendais sérieusement les mushers scandinaves qui avaient pu assurer un entraînement supérieur au regard de la qualité d’enneigement. Je connais le foncier, l’endurance et la motivation de mes chiens et j’avais confiance en eux, mais à ce point ! Ils me l’ont bien prouvé et rendu. Très belle expérience qu’ils m’ont fait vivre. Pour info, Bodil Bakken, 1ère de ma catégorie et du classement général, est une habituée des courses longue distance comme la Finnamrkslopet, Femund, … qu’elle a finie plusieurs fois.  Un des autres sérieux concurrents n’était autre que le handler de Peter Karlson (Lars Hoffman), un autre grand nom du mushing scandinave présent sur la GO 2006. 

       Ce que j’en retiens : le plus important est avant tout que chacun doit « faire sa course », sans se fier et se référer aux autres attelages car dans de telles conditions, tout peut très vite changer, s’inverser. Il ne faut donc pas pousser les chiens pour rattraper un concurrent, mais plutôt se donner et donner aux chiens les moyens pour que chacun apporte le meilleur et ensuite on analyse le résultat par rapport aux autres. J’ai également constaté une différence notable sur « l’entretien » porté aux chiens. Sur la Grande Odyssée, les chiens sont massés avant et après l’effort, sont graissés systématiquement aux coussinets… Sur cette course, seuls quelques chiens étaient bottinés. Pour autant, je ne peux prétendre que les chiens soient moins suivis, en moins bonne santé, avec des pathologies… Au contraire. J’ai en effet plus ressenti la notion d’équipage entre chiens et muscher, et non parfois la « mécanique canine à entretenir » pour une course. L’ambiance générale était très conviviale, détendue et modeste, avec des temps d’échanges en soirée, ce qui correspond bien à l’esprit « randonnée » de la course.

       Pour conclure, un grand merci à Dominique qui m’a procuré de la viande de poulet pour l’occasion, ce qui m’a incontestablement permis de garder les chiens en forme. 

       Et un dernier petit mot pour les parrains de Milou, Yéti, Gena et … Kiowa, la petite dernière parrainée (j’en parlerai dans un tout prochain article). Milou a fait toute la course en chien de tête, en doublon avec Kiowa. Très réceptif aux charmes féminins, il a donc donné le meilleur de lui-même : bonne forme physique, envie d’aller et de se faire plaisir, rien à dire. Yéti, le poids plume du groupe, s’est très bien défendue, même si dès fois le rythme en descente était un peu trop soutenu pour elle. Gena, nous l’avons dit plus haut, a été recalée au dernier moment pour boiterie et mise à l’arrêt, au chaud et sous médicament pendant 5 jours. Dommage, sa pugnacité aurait vraiment été un plus, mais sa guérison primait. Quand à Kiowa, sans surprise quand on la connaît : constante, qui donne un bon rythme à l’attelage en relançant régulièrement et surtout qui « sent » les vieilles pistes cachées par la neige fraîche ou le vent, ce qui aide dans ce type de course.

La course finie, je suis reparti pour trois jours de traîneau avec un couple d’amis pour effectuer un point de ravitaillement de nourritures des chiens à mi-parcours des circuits afin de les alléger en poids. C’est la première année que j’ai la possibilité de le faire et les retrouvailles avec l’esprit rando, les chiens ainsi que ces amis furent un vrai moment de plaisir.  

 

Resultat Vindelfjällslöpet 2007

Obegränsad klass

Plac.

Namn

Klubb

Dag 1

Dag 2

Dag 3

Hundar start/mål

Total tid

Diff.

1

Bodil Bakken

Skaun Hundeklubb

3.17.29

3.12.02

4.08.31

12/12

10.38.02


2

Francois Pagnoux *

Astrape

3.39.38

3.39.03

4.52.19

10/10

12.11.00

01:32:58

3

Lars-Eric Eliasson

Älvarnas Draghundklubb

3.47.17

3.39.49.

5.01.53

12/12

12.28.59

01:50:57

4

Lars Hoffman***

Skellefteå Draghundklubb

3.25.20

3.47.04 + 9 min

5.48.09

14/13

13.09.33

02:31:31

5

David Gustavsson

Älvarnas Draghundklubb

3.56.10

3.51.02.

5.31.47

10/10

13.18.59

02:40:57

Lire la suite